Un éclairage sur les lectures du dimanche Enregistrer au format PDF

Père Guillaume de Montgolfier
Lundi 27 avril 2020

Homélie pour le 3e dimanche de Pâques

26 avril 2019

Avec les lectures de ce jour, nous voyons bien que nous sommes dans le temps pascal. Vous me direz que ce n’est pas un scoop, puisque c’est la 3e semaine que nous y sommes !

Ce que je veux vous dire, c’est que les textes nous invitent à entrer dans le sens de l’évènement pascal, dans la grandeur de ce qui s’est passé à Pâques pour nous. Dans la première lecture, nous entendons ce fameux passage du livre des actes des apôtres où nous voyons st Pierre dépasser ses craintes, et prendre la parole avec force, aidé il est vrai par l’Esprit Saint, pour annoncer à tout Jérusalem que le Christ est ressuscité et qu’il est bien le Messie annoncé par les prophètes.

Pierre nous invite à découvrir que l’évènement pascal c’est l’accomplissement de la promesse faite par Dieu à son peuple et à toutes les nations depuis des siècles. La résurrection du Christ ce n’est pas un petit évènement qui arrive un jour du temps, mais c’est l’aboutissement de tout le projet de Dieu pour l’humanité : entrer en relation avec l’humanité à temps et contre-temps, au-delà de toutes nos infidélités et nos refus d’aimer.

Mais surtout, Pierre nous annonce que l’amour de Dieu est plus fort que la mort, et va au-delà de la seule résurrection du Christ, puisque Dieu en plus de nous aimer, veut nous faire le don de l’Esprit Saint.

Alors que nous sommes encore à 5 semaines de la Pentecôte, la liturgie nous donne déjà d’entendre cette parole de Pierre pour nous inviter à préparer notre cœur à recevoir ce don que le Seigneur veut nous faire.

C’est Pierre encore dans la seconde lecture qui nous rappelle que c’est par la résurrection du Christ que nous avons la foi en Dieu. Et cela est vrai à deux titres :

  • Tout d’abord, c’est parce que Christ est ressuscité que nous avons la certitude qu’il est Fils de Dieu et que sa parole est véridique. C’est sur la résurrection que nous pouvons mettre notre foi en lui.
  • Mais aussi c’est par le Christ que nous avons accès à Dieu, parce que par son ascension qui est intimement liée à sa résurrection, c’est notre humanité qui entre dans la vie de Dieu, et que nous même pouvons entrer dans l’espérance de la vie éternelle en Dieu.

Voilà bien toute notre joie en ce temps pascal : depuis la résurrection, la promesse de Dieu au peuple hébreu est accomplie et cette promesse s’étend à toutes les nations par la parole du Christ. Cette promesse c’est celle de notre Salut, et de la vie éternelle en Dieu. Dans l’Evangile, le récit de l’apparition aux disciples d’Emmaüs, reprend tout cela. Le Christ vient rejoindre les disciples sur la route, pour leur faire comprendre avec une grande délicatesse ce qui lui est arrivé, pour les aider à entrer dans la compréhension de

Pâques. A eux aussi il explique le projet de Dieu pour l’humanité, tel qu’il s’est dévoilé dans toute la loi et les prophètes. Alors, il peut se faire reconnaitre d’eux dans la fraction du pain, parce qu’ils vont pouvoir comprendre que ce n’est pas un fantôme mais bien le Christ qui est venu à leur rencontre.

Alors ils peuvent relire cet évènement et comprendre à la chaleur dans leur cœur ce qui s’est passé, que Dieu les a visités. Nous sommes dans ce temps de la relecture de Pâques. Prenons le temps de revenir à la Parole de Dieu, pour y rencontrer le Seigneur, pour l’entendre nous dire l’amour de Dieu pour nous, pour nous faire comprendre que Dieu ne pouvait pas laisser le Christ sombrer dans la mort.

La relecture dans nos vies, c’est très important, il nous faut prendre le temps de relire nos vies pour y repérer le passage du Seigneur, pour y repérer ces moments où notre cœur était brûlant parce que Dieu était là. Ou plutôt lorsque nous même étions un peu plus présent à sa présence. Dans ce temps de confinement, et d’inquiétude dans lequel nous sommes, il est important de recevoir cet Evangile dans lequel nous voyons que le Christ n’abandonne pas ses disciples dans la détresse. Il est bien avec nous.

Ce temps particulier, il nous faudra le relire lorsqu’il sera fini. Ce temps du confinement nous empêche de vivre beaucoup de choses, mais sans doute a-t-il aussi été l’opportunité de vivre d’autres choses. Il nous faudra prendre le temps de la relecture afin de percevoir les signes du passage du Seigneur dans nos vies, pour découvrir les invitations qu’il nous adresse à ne pas être identique après son passage. Les disciples d’Emmaüs ne s’y sont pas trompés, ils ont repris la route malgré la nuit. Les difficultés n’étaient pas finies pour eux, les inquiétudes sans doute pas toutes envolées, mais pourtant ils sont retournés à Jérusalem, car ils ont bien senti qu’ils ne pouvaient pas garder cette rencontre pour eux.

Nous non plus ne gardons pas cette rencontre pour nous, vivons-en ressuscités, tenons ferme notre espérance. Le Christ est ressuscité. Alléluia !

les lectures du Dimanche -  PDF - 103.6 ko
les lectures du Dimanche