Solennité de Tous les Saints Enregistrer au format PDF

église Saint-Michel
Samedi 2 novembre 2019

info document - JPEG - 7.7 Mo Ils se sont tournés vers la lumière

Ce mois de novembre a une mauvaise réputation de tristesse, comme un temps de Toussaint. Les journaux nous parlent surtout des obsèques, des cimetières, des rites anciens ou plus nouveaux autour de la mort. Après tout, nous pouvons le comprendre puisque nous-mêmes nous irons aujourd’hui ou demain fleurir les tombes de nos défunts et nous recueillir avec respect et gravité. Mais l’Eglise a voulu une fête très solennelle, celle de Tous les Saints, à la veille de la commémoration des défunts : une fête lumineuse, le jaillissement de la lumière de Dieu sur le visage de quelques-uns et l’appel à la sainteté pour tous ! Les saints ont reçu l’appel de Dieu comme une révélation lumineuse sur leur vie qui s’en est trouvée transformée. Comme d’humbles « tournesols », ils se sont tournés vers la vraie lumière, ils ont ouvert leur cœur, leur vie, leurs mains à la douceur, à la paix, à la justice, à la consolation. Ils ont accueilli le don de Dieu en Jésus, Il est l’ami qu’ils ont voulu sans cesse chercher, fréquenter, aimer, suivre et annoncer. La joie de cette fête, c’est le grand amour qui nous est donné dans le Christ comme le dit Saint Jean dans sa première lettre : « Mes bien-aimés, voyez comme il est grand l’amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. » (1Jn 3,1). info document - JPEG - 17.6 Mo Nous comprenons que c’est à cela que nous somme appelés, nous aussi : nous laisser saisir par le grand amour que le Père donne au Fils, que le Fils remet au Père, dans l’Esprit Saint. Il n’y a pas de condition pour entrer dans ce mouvement de la sainteté, il n’y a pas de préalable, nous pouvons commencer tout de suite ! Et ce n’est pas réservé à quelques-uns puisqu’au livre de l’apocalypse (qui ne veut pas dire catastrophe mais révélation) on peut voir une foule immense que nul ne peut dénombrer. Aujourd’hui, il faut donc commencer par la joie : « Réjouissez-vous, car vos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu ». Et ce n’est pas que pour quelques-uns

extraits de l’homélie de Mgr Denis MOUTEL, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Vous trouverez le texte de l’homélie en pièce jointe PDF