Reconstruire notre Âme Enregistrer au format PDF

Jeudi 18 avril 2019 — Dernier ajout samedi 4 mai 2019

Nous reprenons ici pour titre la une de l’hebdomadaire « la Vie »

Nous avons tous été choqués, abasourdis par l’information suivie en temps réel lundi soir, début de la semaine Sainte. Nous avons vécu un moment de communion intense entre croyants et non croyants, Amoureux du patrimoine et de l’histoire, amoureux de Notre Dame. Quelle coïncidence, juste après l’entrée à Jérusalem sur une ânesse, nous devons comme le Christ nous contenter d’une symbolique appauvrie. Orpheline de sa forêt de chênes, seuls rescapés de nos forêts primaires qui couvraient la région parisienne. Appauvrie de sa magnificence rationaliste médiévale que nous devons à Viollet le Duc.

Pietà sauvée soutenant le corps du Christ supplicié, et soutenant sa cathédrale. Prières des fidèles du monde entier et des badauds exaucées. Miracle qu’il n’y ai pas eu de victime. Professionnalisme du corps des sapeurs pompiers de Paris.

Tout a été dit et écrit. Va venir l’heure du choix de la reconstruction, quelle symbole voulons nous laisser aux générations de futurs Chrétiens ? de futurs citoyens du monde ? Faut t’il reconstruire a l’identique sur des plans du 12e, du 19e ou résolument du 21e siècle, faut t’il simplifier, alléger ? Quelle dépense d’énergie grise, de CO2 quelle perte de biodiversité faire subir ? Nous savons qu’il y en a pour 20 ans et que beaucoup ne verront pas le projet fini. Il faut prendre son temps ne rien précipiter, mais la aussi consulter, mûrir, réfléchir, prier. Une Cathédrale provisoire est-ce bien nécessaire ?

Voici deux extraits de prise de parole.

Tout d’abord celle de Benoist de Sinety, vicaire général du diocese de Paris. Une par d’orgueil humain a disparu avec l’incendie. Cette symbolique n’est pas neutre. Si nous privilégions cet élément dans la reconstruction de la cathédrale, cela veut dire que l’on voit dans Notre Dame uniquement uno tour de Babel. Et plus loin : il faut manifester notre foi, pas d’abord par dès cantiques où des prières mais par des actes de charité. La foi n’est pas tangible pour le monde à travers la liturgie, mais a travers des actes humains qui expriment notre espérance. Le langage intelligible de la foi pour ceux qui ne sont pas croyants, c’est celui de la charité.

Celle de Jean -Marie Duthilleul, architecte de la rénovation du chœur de Notre Dame.

Le concile Vatican 2 a commencé par une grande réflexion sur la liturgie eucharistique. Celle ci n’est pas un spectacle comme le rappelle le pape François,c’est la communauté du peuple qui s’offre au Père par les mains du prêtre. L’architecture de la cathédrale a été conçue pour pouvoir être parcourue librement par les hommes, maison du peuple et maison du bon Dieu. Hors avéc la contre réforme l’église est devenue un saint des saints exclusivement réservé à la présence divine. Qu’est-ce que cette reconstruction va transformer dans la vie des hommes ! »

N’hésitons pas à partager nos avis, humblement avec respect sur notre site paroissial…