Méditation pour le Vendredi Saint Enregistrer au format PDF

Texte d’une religieuse de Saint Brieuc
Jeudi 9 avril 2020 — Dernier ajout vendredi 10 avril 2020

info document - JPEG - 7 Mo

MEDITATION TEXTE DE L’AGONIE VENDREDI–SAINT (Mt. 26, 36-46)

« Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi. ». Jésus vient de quitter ses apôtres, il n’a pris avec lui que ceux qui ont été témoins de sa Transfiguration et c’est à ces plus proches qu’il avoue son angoisse devant la mort. Il essaie, en vain, de les associer à sa prière de détresse. Il essaie, ce soir, de nous associer à sa détresse et, à travers lui, à la détresse de tous ses frères et sœurs dans l’angoisse, avec lui, à travers le monde. Prenons le temps de veiller et de contempler Jésus en sa Passion, dans tous nos frères et sœurs en souffrance : les malades et leurs familles, les mourants, les soignants, les personnes isolées qui se sentent abandonnées, les migrants et les personnes à la rue en quête d’un peu de fraternité, ceux qui ont faim, qui sont victimes de la guerre… et tous ceux-là qui souffrent et dont on ne parle pas. Toutes ces souffrances connues ou inconnues qui sont lourdes à porter.

« Mon Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi ! Pourtant, non pas comme je veux mais comme tu veux ! » Jésus savait ce qui allait lui arriver : quand il a partagé son corps et donné son sang versé, il acceptait, par avance, de subir cette mort infâme de la part de ses frères en humanité. Dans ce consentement de toute sa personne, Jésus se manifeste Fils du Père jusqu’au bout.

A Gethsémani, l’homme et Dieu se sont rencontrés dans cet acte d’offrande de Jésus. Il a pris avec lui et sur lui toutes nos souffrances humaines et cela jusqu’à la fin des temps. Prenons le temps, dans le silence, de communier à cet acte d’offrande de sa vie que fait Jésus. Unissons-nous à sa prière : « Que ta volonté soit faite ».

Texte d’une religieuse de la paroisse St Brieuc