Au café Bernard, Rollais, 26 rue Général Leclerc à St Brieuc

Eglise verte : pour une conversion écologique ? mardi 27 20h30 Chez Rolais Enregistrer au format PDF

le mardi 27 novembre 2018 à 20h30
Samedi 17 novembre 2018 — Dernier ajout mercredi 28 novembre 2018

Cet interminable été indien, l’intensité des pluies dans le midi de la France, nous rappellent que vraiment « ce n’est plus comme avant ». On lève le nez vers notre ciel bleu breton, inhabituel à cette période l’année et on grimace de le voir constamment défiguré par les griffures blanches des réacteurs d’avions de ligne. Les alertes par différentes associations écologiques ont fini par inscrire dans la conscience collective mondiale (politique, économique et culturel) l’urgence de changer notre mode de vie.

Eglise verte : pour une conversion écologique ?

Parallèlement, dans les églises chrétiennes, la conscience écologique a pris forme avec comme hérault, Bartholomé 1er, patriarche de l’Eglise orthodoxe de Constantinople : en 1989, il lance la première Journée de prière pour la sauvegarde de la Création, et en 1995 sur l’île de Patmos, en mer Egée, une série de colloques sur la sauvegarde de notre planète. Il formule alors une critique sans concession de la société de consommation et défini l’écologie comme une responsabilité spirituelle. Il sera appelé « le patriarche vert ». En 1990, le Conseil Œcuménique des Eglises, au travers de la démarche « Paix ,justice et sauvegarde de la création », exprime clairement que la survie des hommes dépend fondamentalement de la justice entre les hommes, de la paix dans le monde et de la sauvegarde de la création. Ces trois dimensions sont intimement liées et interdépendantes. En 2015, le Pape François publie l’encyclique « laudato si ». Dés l’introduction, il écrit : « Le patriarche Bartholomée s’est référé particulièrement à la nécessité de se repentir, chacun, de ses propres façons de porter préjudice à la planète, parce que dans la mesure où tous nous causons de petits préjudices écologiques, nous sommes appelés à reconnaître notre contribution – petite ou grande – à la défiguration et à la destruction de la création. Sur ce point, il s’est exprimé à plusieurs reprises d’une manière ferme et stimulante ». En septembre 2017, le label « Eglise verte » est lancé par la Conférence des évêques de France, la Fédération protestante de France, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et le Conseil d’Eglises chrétiennes en France. Et nous, individuellement, dans notre foi chrétienne, considérons-nous l’écologie comme une responsabilité spirituelle ? Notre foi est-elle éco-compatible ? Avons-nous une conversion écologique à entamer ? Si oui, comment faire ? y a t il une spécificité de l’engagement écologique chrétien ?

Venez en discuter, partager convictions et questions

le mardi 27 novembre 2018 à 20h30 au cours d’un Café Théologique Au café Bernard, Rollais, 26 rue Général Leclerc à St Brieuc. Ce Café Théologique est à l’initiative de Chrétiens catholiques, protestants et orthodoxes de St Brieuc.

L’introduction sera assurée par Le Pasteur Hervé Stucker, Pasteur de l’Eglise Protestante Unie des Côtes d’Armor

Ce Café Théologique est à l’initiative de Chrétiens catholiques et protestants de St Brieuc : Eglise Protestante Evangélique de Saint-Brieuc : Le Pasteur Michaël Piette Eglise Protestante Unie des Côtes d’Armor : Le Pasteur Hervé Stücker, Agnès Chevalier, Magali Lenot Eglise Catholique : le Père Hubert Forget, Annick Moisan, Marie-Suzanne Berdux, Bernard Lenot Eglise orthodoxe : Michaël Tassin